Les politiques d’évaluation des établissements scolaires en Europe : une enquête sociologique dans quatre pays

 

Xavier Pons

Université Paris-Est Créteil (UPEC)

France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

  A la croisée des sciences de l’éducation, de la sociologie et des sciences politiques, cette conférence propose d’évoquer les principales conclusions et interprétations d’une enquête sociologique qualitative et exploratoire de deux ans (2009-2011) comparant les politiques d’évaluation externe des établissements scolaires dans quatre pays européens, choisis pour leur degré d’institutionnalisation inégal de l’évaluation à ce niveau : l’Angleterre, l’Écosse, la France et la Suisse.

 Effectuée avec Hélène Buisson-Fenet (Triangle, ENS de Lyon, France), cette enquête a été l’occasion d’interroger 101 personnes intervenant à différents niveaux d’action publique (national, intermédiaire, local), d’analyser plusieurs corpus de documents institutionnels et professionnels propres à chaque système, de couvrir la littérature scientifique dans chacun de ces pays et, quand ce fut possible, d’observer quelques réunions d’équipes d’évaluateurs (au niveau international et national).

 Après avoir présenté notre perspective d’analyse – celle d’une sociologie de l’action publique et des politiques éducatives appliquée à la question de l’évaluation –, cet exposé soulignera dans un premier temps qu’un même instrument de régulation (l’évaluation externe des établissements) peut donner lieu à des configurations d’action publique tout à fait différentes d’un cas à l’autre, selon leur historicité, selon l’architecture institutionnelle sur laquelle elles s’adossent et surtout selon les sources d’interdépendance principales entre les acteurs qui les caractérisent.

 Dans un second temps, trois pistes d’interprétation de ces résultats seront présentées : celle des formes de recompositions actuelles de l’État en éducation dans chaque pays, celle de l’européanisation éventuelle des politiques d’évaluation et enfin celle des effets du New Public Management sur les identités professionnelles des acteurs, notamment des évaluateurs.