Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/admeema/public_html/plugins/content/jw_ts/jw_ts.php on line 43

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/admeema/public_html/plugins/content/jw_ts/jw_ts.php on line 44

L'évaluation de l'enseignement par les étudiants : le tournant du partage

Nathalie Younès
Maitre de conférences en sciences de l’éducation, Université Blaise Pascal, France
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

L'évaluation de l'enseignement par les étudiants : le tournant du partage

 

Nathalie Younès – Maitre de conférences en sciences de l’éducation, Université Blaise Pascal, France. Vice présidente de l’ADMEE Europe

 

Cette conférence traite de l’évaluation de l’enseignement par les étudiants (EEE). Elle s’inscrit dans un parcours de recherche d’une quinzaine d’années, qui a débuté par une thèse portant sur les effets de l’implantation d’un dispositif d’EEE dans une université française et se poursuit aujourd’hui dans des programmes de recherche internationaux visant à mieux comprendre les spécificités des contextes et la part de l’intersubjectivité.

L’EEE, qui  désigne les procédures par lesquelles les étudiants prennent part au jugement porté sur l’enseignement, est devenue une norme institutionnelle dans un nombre croissant d'universités à travers le monde. Elle exprime profondément la rencontre métamorphique des politiques et des cultures. Nous traiterons cette thématique en trois parties.

Vers une conception plus partagée

L’EEE s’inscrit dans les évolutions de l’enseignement supérieur, qui expriment notamment une orientation vers une conception plus partagée de la pédagogie. Demander à l’étudiant de formuler un avis critique sur l’enseignement qu’il a reçu, c’est lui conférer un pouvoir d’expression et une place plus active dans le processus. Cette démarche qui a débuté aux EU dans les années 60 est aujourd’hui pratiquée dans la totalité des collèges et universités américains (Trout, 2000). Son expansion, plus récente en Europe et dans le reste du monde, se généralise d’une manière qui semble irréversible et paradoxale.

Entre généricité et spécificités

L’EEE reste un champ controversé de recherches et de pratiques. Sa dynamique se trouve prise entre différentes tensions, que ce soit au niveau de ses finalités (entre démarche formative et de contrôle), de sa validité ou de son efficacité (Younès, Rege Colet, Detroz, Sylvestre, 2012). La rencontre entre des référentiels et des dispositifs transcontextuels et des cultures et sous-cultures locales est une source féconde d’interrogation pour la recherche et la pratique mais la question des enjeux de partage activés par cette dynamique s’avère particulièrement difficile étant donnée l’extrême complexité engendrée par les différents emboitements de contextes et de valeurs (en termes personnel, institutionnel, national, disciplinaire) dans lesquels l’EEE se trouve prise.

Le défi subjectif et intersubjectif du partage du sens

L’EEE peut fonctionner comme un leurre qui conduit à prendre le quantitatif pour l’expression de la qualité et à privilégier le normatif en s’appuyant sur des dispositifs techniques de recueil et de traitement rapide de l’information. Le leurre consiste également à construire des systèmes à visée universalisante participant d’une forme d’aliénation des sujets impliqués en les enfermant dans des systèmes très contraints. Une telle démarche court-circuite la co-construction de l’évaluation du processus d’enseignement-apprentissage qui requiert dialogue et enquête approfondie située, exigeant d’y consacrer du temps. Nous envisagerons l’importance du partage du sens entre collègues, entre enseignant et étudiants ainsi qu’entre les étudiants afin d’améliorer ensemble à partir de cette intersubjectivité, l’enseignement-apprentissage. Et ce aussi bien en ce qui concerne l’émancipation individuelle que la performance collective par rapport à des objectifs validés.